Analyse globale de la situation écologique

14 septembre 2019 Commentaires fermés sur Analyse globale de la situation écologique

par Arthur KELLER  (conférence donnée au TEDx publiée le 3 septembre 2019)

La questions des limites et vulnérabilités de nos sociétés n’est ni une discussion idéologiques, ni affaire d’opinion ou d’intuitions personnelles.

Le monde naturel se compose de 6 sphères :

  1. la lithosphère : l’enveloppe rigide de la terre : on en extrait les énergies fossiles, les terres rares, les sables de construction, les nutriments vitaux comme le phosphore …etc. C’est une question de stocks mais surtout de flux = est-on en mesure d’assurer les approvisionnements en pétrole dont nous avons besoin pour fonctionner
  2. l’hydrosphère : l’ensemble océan, mer, lacs, cours d’eau, nappe phréatiques (pollution, acidification, salinisation, réchauffement, assèchements …) 
  3. cryosphère : ensemble des glaces de la planète : banquise, glacier, permafrost : ça fond !!
  4. l’atmosphère : nous en modifions la composition chimique si vite que les cycles de l’eau et du carbone, essentiels à la vie, sont détraqués : le climat sort de sa zone de stabilité, sans compter les multiples pollutions en gaz et multiples particules.
  5. la biosphère : l’ensemble du vivant : si on exclut l’humanité et les animaux d’élevage, 60% des vertébrés ont disparus en 44 ans (mammifères terrestres et marins, les amphibiens, les poissons, les reptiles et les oiseaux). Les êtres vivants ne disparaissent pas, nous les exterminons par nos modes de vie : ce n’est pas un procès d’intention, juste un fait.
  6. la pédosphère : les sols : 75% des terres de la planète sont dans un état critique (pratiques agricoles intensives, urbanisation ou activités industrielles, notamment l’extraction minière … Dernièrement les Nations Unies nous ont alertés d’un risque majeur  de pénurie alimentaire mondiale.

 

Voilà l’état constaté du monde naturel.

A côté de cela, il y a la sphère N°7, l’anthroposphère, l’humanité, les activités humaines, les productions humaines (objets, déchets). 

L’anthroposphère explose : une croissance exponentielle qui fait que l’empreinte écologique de l’humanité, la pression que l’on exerce sur la planète surpasse désormais ce que cette dernière peut encaisser.

Question : nos sociétés peuvent-elles durer quand toutes les composantes du monde naturel sont  en effondrement ou en atteinte de limites ?  NON !

Pour bien comprendre en profondeur la nature de nos vulnérabilités, j’ajoute quatre éléments :

1 toutes nos activités, jusqu’aux plus vitales, sont tributaires du bon fonctionnement continu de chaines logistiques à flux tendus, hors de notre contrôle … qui nécessitent des transports dont 96% nécessitent du pétrole.

Si vous pensez que notre sécurité énergétique, alimentaire ou sanitaire est garantie par l’Etat, les Collectivités, détrompez vous : en cas de rupture d’approvisionnements de plus de quelques jours, nous sommes livrés à nous-mêmes.

2 Nous dépendons d’infrastructures (réseaux de transport, de communication, d’eau, de gaz, d’électricité) qui tous nécessitent un apport permanent de matériaux et d’énergie pour leur bon fonctionnement et leur maintenance.

3 On a technologisé le monde, mais ce faisant, on l’a certes optimisé mais on l’a surtout complexifié … et fragilisé. Nous voici vulnérables à des ruptures d’approvisionnement, des pannes, des hackers, des cyberterroristes …etc

4 La crise sur le gâteau, nous sommes à la merci des emballements de marchés boursiers instables ; notre monde entier est inféodé à un systèmes- financier court-termiste dont la finalité est aux antipodes de l’intérêt général.

Alors, que fait-on. On réclame que les dirigeants agissent ? Peine perdue. Quand bien même ils le voudraient sincèrement, leurs réponses sont inadaptées. 

Et pour s’en convaincre, jetons un coup d’oeil du côté du climat, LA question qui mobilise la communauté internationale : on a un sommet Onusien annuel, des milliards investis, un marché du carbone, on a des innovations, des transitions énergétiques dans « x » pays, et pas la moindre réduction des émissions des gaz à effet de serre … zéro.

Lire la suite : Ecologie Keller Arthur.pages

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Analyse globale de la situation écologique à Benoit Heitz.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :